Mathieu Tillier   ( : 073412910)
Histoire des cadis égyptiens. Akhbâr qudât Misr
Date de publication

Le cadi, juge du tribunal musulman, est un des personnages les plus emblématiques de l’islam médiéval. Recruté par le pouvoir pour rendre la justice entre les plaideurs, il incarnait, plus que tout autre, le droit islamique qu’il était chargé d’appliquer. Les anciens cadis égyptiens nous sont connus grâce au livre que leur consacra l’historien al-Kindī (m. 350/961), dont le présent ouvrage propose la traduction française.

Le livre des califes qui s’en remirent au jugement d’un cadi . . . .أبو هلال العسكري، كتاب ما احتكم به الخلفاء إلى القضا ة
Date de publication

Ce court ouvrage d’, écrit par Abū Hilāl al-ʿAskarī (m. vers 400/1010), marque une étape essentielle dans l’histoire des relations entre les pouvoirs politique et judiciaire. À travers une série de récits pseudo-historiques, l’auteur entend démontrer que le souverain, avant même d’agir en justicier, doit accepter de se soumettre au jugement des hommes.

Vies des cadis de Misr (237/851 - 366/976). Extrait du Raf' al-isr 'an qudât Misr de Ibn al-Hagar al-'Asqalâni
Date de publication
Auteur publication

Le rôle du juge (cadi) et la position centrale qu’il occupe dans la société arabo-musulmane médiévale constituent le cœur des biographies d’Ibn Hajar al-‘Asqalânî (m. 852/1449). Grand cadi d’Égypte et de Syrie pendant plus de vingt ans et à ce titre un des meilleurs spécialistes de la judicature musulmane de son temps, Ibn Hajar s’intéresse à l’histoire de ses prédécesseurs, et c’est ainsi que naît sa « Réhabilitation des cadis de Misr (Raf‘ al-isr ‘an qudât Misr) », dictionnaire qui regroupe les biographies des cadis de Misr depuis la conquête musulmane jusqu’au IXᵉ/XVᵉ siècle.