Mémoires publiés par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale

Les Mémoires publiés par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale (MIFAO) réunissent des études de fond et des synthèses thématiques sur l’ensemble des domaines de l’égyptologie. Conduits par les membres de l’Institut, chercheurs spécialistes et responsables de missions de terrain, ces mémoires ont vocation à livrer les résultats les plus novateurs en matière d’analyse des sources égyptologiques. Ils constituent des ouvrages de référence par leur approche méthodologique rigoureuse et leur réflexion sur les questions essentielles de l’Égypte ancienne.

Les papyrus de la mer Rouge II
Le « journal de Dedi » et autres fragments de journaux de bord (Papyrus Jarf C, D, E, F, Aa)
Date de publication
Auteur publication

Ce deuxième volume consacré au lot de papyrus découverts en 2013 sur le site du Ouadi el-Jarf (sur la côte occidentale du golfe de Suez) parachève la publication des journaux de bord qui faisaient partie de cet ensemble d’archives. Bien plus fragmentaires que les papyrus A et B, qui rapportaient le travail de la de l’inspecteur Merer dans le transport de blocs de calcaire de Tourah au plateau de Giza, les papyrus C, D, E et F enregistrent d’autres missions qui ont été assignées à la même équipe, sans doute pendant une période d’un peu plus d’une année.

Palais et Maisons du Caire II
Date de publication
Auteur publication

Sur les 600 palais et maisons recensés par les savants de l’Expédition d’Égypte en 1800, il en subsistait 29 en 1970, inscrits à l’Inventaire des monuments historiques. Si certains de ces palais ont été remarquablement restaurés, comme celui de l’émir Ṭāz ou la maison Harawî, d’autres ont continué à se dégrader et certains sont aujourd’hui disparus. Les plans et photographies qui en subsistent ont acquis de ce fait une valeur inestimable. L’Ifao a décidé de rééditer progressivement cet ouvrage pionnier, publié entre 1970 et 1983.

Palais et Maisons du Caire I
Date de publication
Auteur publication

Sur les 600 palais et maisons recensés par les savants de l’Expédition d’Égypte en 1800, il en subsistait 29 en 1970, inscrits à l’Inventaire des monuments historiques. Si certains de ces palais ont été remarquablement restaurés, comme celui de l’émir Taz ou la maison Harawî, d’autres ont continué à se dégrader et certains sont aujourd’hui disparus. Les plans et photographies qui en subsistent ont acquis de ce fait une valeur inestimable. L’Ifao a décidé de rééditer progressivement cet ouvrage pionnier, publié entre 1970 et 1983.

Les textes de la pyramide de Mérenrê
Édition, transcription et analyse
Date de publication
Auteur publication

L’ouvrage, réalisé sur le modèle de la publication des textes de la pyramide de Pépy Ier (MIFAO 118/1-2), offre les fac-similés, à l’échelle 1/5, de toutes les parois inscrites de la pyramide de Mérenrê, soit 34 planches au total. Ces planches sont accompagnées d’une description des parois (chambre funéraire, antichambre, passages, couloir et vestibule) et d’une analyse de leur composition. Est proposée, en outre, une traduction des 51 formules nouvelles (TP 1101-1151).L’ouvrage est composé d’un volume de texte de 356 pages et d’un coffret comprenant 34 fac-similés.

La vaisselle en pierre des reines de Pépy Ier
Date de publication
Auteur publication

Dans le cimetière de la famille du roi Pépy Ier de la VIe dynastie (c. 2330-2280), la mission archéologique franco-suisse de Saqqâra (MafS) a mis au jour huit complexes pyramidaux de reines de la fin de l’Ancien Empire.

Le temple funéraire du roi Pépy Ier
Date de publication
Auteur publication

Le présent ouvrage concerne le temple haut du complexe funéraire de Pépy Ier, troisième souverain de la VIe dynastie. Il s’inscrit dans la continuité des publications portant sur la pyramide de Pépy Ier : textes, traduction de textes, architecture, marques sur pierres de construction. Il présente le projet du tombeau royal et l’arrivée de la chaussée qui y conduit, l’aspect extérieur et les deux parties du temple : l’avant-temple et le temple intime. La petite pyramide est également présentée à travers son architecture et sa fonction.

Les fouilles à Baouît, tome second
Notes mises en ordre, augmentées et éditées par Dominique Bénazeth et Cédric Meurice
Date de publication
Auteur publication

Chantier de l’Institut français d’archéologie orientale depuis 1901, le complexe monastique de Baouît a livré parmi les plus riches exemples de l’art et de l’architecture coptes, notamment retranscrits en 1911 dans le MIFAO 13, Fouilles à Baouît I. La suite de cet ouvrage n’a jamais paru. Le lot d’archives ici présenté comporte néanmoins une courte introduction d’Émile Chassinat (1868-1948) et la plupart des planches qu’il avait déjà maquettées.

Les textes de la pyramide de Pépy Ier
Date de publication
Auteur publication

Les parois inscrites des appartements funéraires de la pyramide de Pépy Ier, troisième pharaon de la VIe dynastie (c. 2330-2280), livrent le plus vaste ensemble de Textes des Pyramides actuellement connu. Fondée sur la publication de ces textes en fac-similés (MIFAO 118/1-2), dont une 2e édition est parue en 2010, la présente traduction intègre les compléments fournis notamment par la pyramide de Mérenrê et celle de la reine Ânkhesenpépy II, découverte en 2000 par la Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra (MafS).

La zone minière pharaonique du Sud-Sinaï III
Sinai III
Date de publication
Auteur publication

Ce troisième volume consacré à la zone minière du Sud-Sinaï a pour objectif l’étude des expéditions envoyées par l’État pharaonique vers la Péninsule, des origines de l’histoire égyptienne à la fin du Nouvel Empire, en utilisant l’ensemble de la documentation qui est actuellement à notre disposition.

La grotte des scribes à Deir el-Bahari
La tombe MMA 504 et ses graffiti
Date de publication
Auteur publication

La tombe MMA 504 se trouve dans la nécropole de la XIe dynastie située sur le flanc nord du ouadi menant au cirque de Deir el-Bahari. Les difficultés d’accès au site conduisirent les carriers du Moyen Empire à abandonner rapidement le creusement de la tombe qui, inachevée et inusitée, prit davantage l’apparence d’une grotte rupestre que d’un monument funéraire.Quelque cinq cents ans plus tard, au début de la XVIIIe dynastie, le lieu reçut la visite des membres du personnel de construction et du clergé des temples mémoriaux établis dans le voisinage de Deir el-Bahari.