Les documents du commerce et des marchands entre Moyen Âge et époque moderne (XIIe-XVIIe siècle)

Couverture

Les documents du commerce et des marchands entre Moyen Âge et époque moderne (XIIe-XVIIe siècle)

Date de publication
10-2018

Auteur publication

Les documents du commerce et des marchands entre Moyen Âge et époque moderne (XIIe-XVIIe siècle), sous la direction de Cristina Mantegna et Olivier Poncet

Collection de l'École française de Rome 550
Version papier

Roma: École française de Rome, 2018
ISBN: 978-2-7283-1316-7
452 p., ill. n/b
Prix: € 30

Les documents qui accompagnent la naissance et le développement du commerce en Occident entre le Moyen Âge et la première époque moderne trouvent leurs racines au moment où débute, à partir de l’an Mil, le lent processus de transition vers une société urbaine rénovée et une économie d’échanges et de marché. Les bases d’un ensemble intégré de trafics sont alors posées : commerce local et international, de grossiste ou de détail, financement d’industries et opérations de change, etc.
Au cours des époques médiévale et moderne, marchandises et capital ont été les principaux facteurs de développement d’un ensemble d’affaires trop variées pour pouvoir être gérées autrement qu’à travers un complexe réseau d’échanges et d’associations. Celui-ci était fondé sur des écrits provenant de milieux de production divers et appelait une diversification typologique que l’on retrouvait un peu partout mais dont la traduction documentaire variait d’une aire géographique à une autre en fonction des produits et du rôle tenu par chacun des acteurs économiques.
Lors de son congrès de Rome de 2015, la Commission internationale de diplomatique a choisi de reparcourir cette vaste fresque historique afin de revenir sur quelques notions générales et fondamentales, parmi lesquelles la valeur juridico-commerciale du document commercial en lui-même et sa circulation dans un marché aux frontières sans cesse dilatées.

Cristina Mantegna est professeur à la Sapienza Università di Roma où elle enseigne la diplomatique, l’histoire et la signification de l’écrit documentaire et la codicologie. Ses recherches portent, notamment, sur le document public et privé du haut Moyen Âge en Italie, dont elle a analysé les formes et les finalités en tant que reflet des dynamiques juridiques et culturelles sous-jacentes aux processus de documentation. Elle est auteur, entre autres, des volumes des Chartae Latinae Antiquiores consacrés à Plaisance (vol. LXXI, 2007), à Parme (vol. XCIII, 2014) et à Brescia (en collaboration, vol. XCIX, 2017). Depuis 2008, elle est membre de la Commission internationale de diplomatique.

Olivier Poncet est professeur à l’École nationale des chartes où il enseigne l’histoire des institutions, de la diplomatique et des archives de l’époque moderne. Ses recherches portent sur la France et la papauté des XVIe et XVIIe siècles dont il étudie les dimensions institutionnelles et sociales, en s’attachant en particulier à comprendre l’influence de l’écrit documentaire, de sa genèse à son archivage en passant par ses modalités de diffusion et de réception dans la société. Il est l’auteur, entre autres, de La France et le pouvoir pontifical, 1595-1661. L’esprit des institutions (Rome, 2011) et a récemment dirigé les volumes Juger le faux (Moyen Âge – Temps modernes) (Paris, 2011) et Diplomatique et diplomatie. Les traités (Moyen Âge – début du XIXe siècle) (Paris, 2015). Depuis 2005, il est membre de la Commission internationale de diplomatique.