Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine

 patronat judiciaire

Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine

Classiques de l'École française de Rome
Sortie en librairie le 14 mars 2019

Date de publication
03-2019

Auteur publication

L’exemple de Cicéron le montre à l’évidence. L’éloquence et particulièrement l’éloquence judiciaire était à Rome, sous la République, un instrument décisif de promotion et de conquête du pouvoir. À quoi cela était-il dû ? L’accusation ou la défense en justice permettaient certes de se gagner des obligés parmi ceux que l’on avait vengés ou sauvés d’une condamnation. Mieux encore, ils entraînaient avec eux leurs parents et amis dans une relation de gratitude qui permettait de mobiliser des partisans dans la compétition politique. Mais surtout l’agôn judiciaire qui se déroulait en public sous les yeux de tous les citoyens était l’occasion de manifester des vertus d’intelligence et de courage qui assuraient que celui qui en faisait la preuve serait capable de diriger la cité. Ainsi l’analyse sociologique des conduites qui mettaient ces qualités en scène révèle-t-elle l’économie d’une éthique de l’assistance et de la supériorité morale qui légitimait l’aristocratie sénatoriale ou permettait d’y accéder. Ce livre publié au début des années 1990 faisait la preuve que l’éloquence n’était pas seulement une qualité littéraire, mais qu’elle était aussi un outil de qualification civique. 

 

Jean-Michel David est un historien de Rome. Ancien membre de l’École française de Rome, il a été professeur aux universités de Strasbourg et de Paris 1. Il a notamment publié La romanisation de l’Italie, Aubier, Paris, 1994, Champs-Flammarion, 1996, La République romaine de la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium, 218-31. Crise d’une aristocratie, Le Seuil, Paris, 2000 et Au service de l’honneur, les appariteurs de magistrats romains, Les Belles Lettres, Paris, 2018.